Chroniques littéraires

L’été de tous les possibles – Jennifer Niven

"L'été de tous les possibles" - Jennifer Niven, aux éditions Gallimard Jeunesse

Ici, on a ri ; là on s’est disputés. Ici, on a aimé, on a rêvé.
C’est là que le feu a pris.
C’est ici que tout a commencé. 

Grâce à la maison d’édition Gallimard Jeunesse, j’ai eu la chance de découvrir le dernier roman de Jennifer Niven, « L’Été de tous les possibles ». Je l’ai lu dans le cadre d’une lecture commune avec @Frednard et @AmelineBooks, avec qui j’adore partager ces moments de découverte !

Pour son dernier été avant d’entrée à l’université, Claudine avait tout prévu : partir en road-trip avec sa meilleure amie et surtout, sa première fois avec le garçon dont elle est amoureuse en secret. Mais quand ses parents lui annoncent qu’ils vont divorcer, tout s’écroule, et elle se voit alors contrainte de passer le mois de juillet sur une île, seule avec sa maman. Là-bas, elle rencontre Jeremiah Crew, un garçon qui travaille sur l’île et qui, lui aussi, n’est là que pour trente-cinq jours…

C’est un joli roman d’apprentissage de la vie que nous propose ici Jennifer Niven. La vie telle qu’elle est, sans artifice ni jolie route toute droite. Il nous rappelle que du jour au lendemain, tout notre petit monde d’enfant (ou même d’adulte) peut s’écrouler. On peut perdre ses repères, perdre de vue son avenir…

« L’Eté de tous les possibles », c’est aussi un roman qui parle d’amour. Mais pas de n’importe lequel ! De celui qui arrive quand on ne l’attend pas, quand plus rien n’a de sens… Celui qui s’engouffre dans la brèche que la vie a ouverte, encore plus magique et plus puissant qu’en temps normal. Comme si soudainement, lorsqu’il devient bouée de sauvetage, ses pouvoirs se voient décuplés…

Et c’est véritablement cela qui m’a fait apprécier ma lecture : l’histoire de ce premier amour inattendu, qui germe sous le soleil d’été, au milieu de la vie en champ de ruine de cette adolescente en perte de repère.

La plume de l’auteure est très agréable et très fluide. La narration à la première personne est un excellent choix et le texte est parfaitement adapté à la personnalité du personnage principal. C’est un roman qui se lit très vite, auquel on accroche très facilement. Les lieux sont si bien décrits, si apaisants que ce fut un véritable plaisir de les retrouver chaque jour, pendant cette semaine de lecture. Claudine, quant à elle, est l’archétype de l’adolescente qui se cherche. Mais c’est avec un certain courage qu’elle affronte l’explosion de sa cellule familiale, malgré quelques erreurs empreintes de naïveté bien coutumière de cet âge. Elle est solaire, humaine, terriblement attachante. Ce personnage est une très belle réussite.

« L’Été de tous les possibles » est un roman qui nous replonge dans la période de l’adolescence, quand tous les rêves sont encore permis, mais que la vie commence à nous apprendre que rien n’est jamais couru d’avance. C’est une ode aux premiers émois, qui se heurtent aux difficultés de faire face à la séparation de ses parents et au passage délicat de l’enfance à l’âge adulte. Un roman plein d’émotions, de sensibilité, qui vous plongera dans des souvenirs d’été, plus ou moins éloignés, lorsqu’ont lieu ces rencontres éphémères qu’un cœur, lui, n’oublie jamais. En somme, une très jolie lecture pour l’été !

Vous pourriez aussi aimer

Aucun commentaire

    Laissez une réponse